jeudi 19 février 2015

Et alors ? Ca va ?

Certains jours, on se sent invincible, rien ne peut plus nous atteindre. Tout va bien. Ou presque. A notre niveau du coup. C'était mon cas. Il y a quelque temps.
Et puis, forcément quelques chamboulements sont venus me rappeler que non, je n'étais pas invincible, juste humaine.
Je me suis rendu compte d'une chose, parfois on pense aller mieux, on pense être bien, mais il suffit d'un rien, d'un tout petit rien, pour se rendre compte que tout n'est qu'illusion. On se persuade tellement que tout va bien, on fait tellement tout pour être bien, qu'on pense l'être. Jusque-là me direz-vous, où est le problème ?! Le problème c'est que l'illusion n'a pas sa place dans la vraie vie. Si on se donne, à soi même, l'illusion d'aller bien, on se ment. Alors je me suis menti, mais j'étais bien, donc bon.(vous me suivez?)

Et puis, j'ai commencé mes recherches de travail, je passe des entretiens mais les entretiens en eux-mêmes m'usent alors m'imaginer à un poste reste très compliqué, fichue santé. Je postule tous les jours, tous les jours je reçois des réponses négatives, enfin, le bon côté c'est qu'en 2 mois j'ai tout de même passé 4 entretiens, et même si c'est la première fois que je fais face à des recherches d'emploi je pense que c'est quand même pas mal.

Après je me rends bien compte que je suis diminuée physiquement, et j'ai l'impression que ça stagne. Autant jusqu’à maintenant j'ai vu des évolutions, autant je ne régresse pas, mais niveau fatigue, niveau douleurs, c'est pareil.

Niveau indépendance, j'ai de plus en plus envie d'avoir mon chez moi à moi (^^). Sauf que ceci entraînant cela, je ne peux décemment pas partir sans boulot sous le coude...

Niveau amour c'est un peu compliqué. Mais si vous me connaissez vous savez hein, qu'avec moi à ce niveau c'est jamais simple. Disons que je n'ai pas forcément la tête ni le cœur à ça en ce moment, enfin oui et non. Et surtout, ce qui me chamboule le plus c'est que je me rends compte que je n'arrive pas à faire entrer quelqu'un dans ma vie. Je pourrais, mais j'y arrive pas, et je pense que c'est la peur qui parle. On me dit que je suis sauvage. C'est vrai. Je me suis mise tellement de barrières pour me protéger, pour ne pas souffrir, pour oublier le passé que je n'arrive plus à les faire tomber. Un sms de trop et je me sens oppressée, une tentative d'approche et je me dis waouuuuh mais ça va pas, un rien m'oppresse c'est ça. C'est dommage, d'avoir peur de quelque chose qui pourrait être si beau. Le passé, encore le passé. Les blessures guérissent, mais les cicatrices sont toujours là. J'ai tellement souffert que je ne veux plus vivre ça. Mais, donc, je vais rester toute seule juste pour ne plus souffrir ?! Baisser les armes, c'est ce qu'il faut. Et en même temps, l'amour me stresse tellement...

Vous n'avez pas tout compris ? Je vous rassure c'est aussi fouilli dans ma tête ;) 

Voilà je voulais juste vous donner quelques nouvelles parce que ça fait longtemps. 
Je ne vous oublie pas (comme dirait Céline Dion)

Des bisous ♥


lundi 9 février 2015

Citation


" J'ai besoin qu'on me dise que je suis importante,
que je fais le bonheur d'au moins quelqu'un, que j'suis une belle personne,
qu'on m'aime malgré le fait que je sois
parfois insupportable "

dimanche 1 février 2015

L'histoire de ce jour - Les Jolies Plumes #8

Ce matin, je me lève, fébrile, tremblante. A peine réveillée je saisis mon tube de Lexomil pour en avaler un petit quart, sans ça je ne tiendrais pas la journée.

Je me réveille seule, c'est triste et à la fois excitant. Je sais que c'est la dernière fois pour très longtemps, pour toute ma vie peut être, que je me réveille seule dans cette grande maison. J'ouvre mes volets, à la fois anxieuse et excitée de voir le temps qu'il fait dehors. Soulagement immense, le ciel est bleu et la température est agréable. Ni trop chaud, ni trop froid. Un sourire se dessine sur mon visage. Je suis nerveuse mais tellement heureuse

Un coup d’œil au réveil, 6h10, il me reste approximativement 4 heures pour être prête. J'ai le temps, mais je sais que d'ici 3 petites heures tout le monde va courir partout dans cette maison.

Alors je profite de ce calme, tant bien que mal j'essaye de me détendre. Je prépare mon thé, tout en allumant la radio. J'ai failli mettre Céline Dion, mais non, je préfère l'entendre pour la 1ere fois de la journée tout à l'heure... Je mets alors Gilbert Montagné, on va s'aimer. Je chante à tue tête, je réveille mon chat qui dormait paisiblement sur le canapé. J'évacue la pression et ça me fait un bien fou. 

7h, mon téléphone sonne, Maman, "Ça va ma chérie? Je vais bientôt arriver", "Bientôt ? Maman je vous ai dit à tous que je voulais être seule un peu, pas avant 9h s'il te plait, à tout à l'heure". Je me demande ce qu'ils ont tous à vouloir m'aider, comme si je ne m'étais jamais préparée seule. Et puis avoir des gens qui courent autour de moi, à part me stresser encore plus ça ne fera rien d'autre

Je file sous la douche. Heureusement ma peau est douce, ma journée spa - esthéticienne d'il y a deux jours à fait son effet. Pas besoin de gommer, d'épiler, ou que sais je encore. La douche passée, je commence à sortir tout ce qu'il me faut. Là, clairement je commence à paniquer. Pourquoi ne pas avoir pris de maquilleuse, de coiffeuse?! Des sueurs froides me traversent, pourquoi vouloir toujours tout contrôler ? Pourquoi penser que rien ne sera jamais mieux fait que par moi même. Bref, trop tard pour faire machine arrière ma vieille, maintenant tu vas devoir assurer, pas le choix.

Je sors donc mon maquillage. Je mise tout sur le teint, pour être impeccable tout au long de cette fabuleuse journée. Fond de teint longue durée, blush rose pâle, un trait de liner, un mascara, un framboise délicat sur les lèvres et se sera parfait. Bizarrement, je me maquille à la précision, sans me stresser, sans regarder ma montre. La musique a cessé, le chat est monté sur le lit pour me regarder me préparer. Il me fait rire, il suit chacun de mes mouvements, je pense qu'il comprend que ce jour est spécial, qu'il a plutôt intérêt à être calme. Je suis contente du résultat, naturel mais travaillé. Sophistiqué, mais pas guindée. Tout ce que j'aime. 

Voilà le plus dur est passé, je souffle un bon coup, je reprends mes esprits. On est sur la bonne voie.

Le réveil indique 7h50. Je suis dans les temps. Maintenant, je sors mes bijoux, rien de fou, rien d'extravagant, du classique plutôt: un collier fin couleur rose gold, un bracelet tout aussi fin orné de petits diamants à peine perceptible de loin, discret, simple. C'est tout. Toujours en petite culotte et soutien gorge, je rigole toute seule en me disant qu'il ne faudrait surtout pas que quelqu'un arrive, j'aurais l'air fine dans cette tenue. 

De plus en plus calme et sereine je m'attaque à mes cheveux. Je sais ce que je veux, je sais le faire, je me raisonne, tout va bien se passer. Je passe une bonne heure, silencieuse, précise, et minutieuse à boucler chaque mèche de mes cheveux longs et bruns. Les boucles laissent entrevoir les reflets cuivrés qu'ont naturellement mes cheveux au soleil. Mèche par mèche, je répète mon discours, les larmes montent de temps en temps, mais je les retiens, je ne vais tout de même pas ruiner mon maquillage. L'émotion, la joie, prennent place et laisse disparaître la peur et l'appréhension. Chaque mèche bouclée me rapproche un peu plus de l'heure fatidique... 

8h50, ça y est. Mes cheveux sont bouclés, laqués, parés pour cette journée, le maquillage est toujours en place. 

Il ne me manque plus que l'essentiel. Plus que ce qui me différenciera de toutes les autres aujourd'hui, plus que ce qui rendra unique, merveilleuse et sacrée cette journée. Je me dirige vers le placard, un peu tremblante je l'avoue. Et si j'avais pris soudainement quelques grammes voir quelques kilos dans la nuit, et si, et si ... Je pense qu'à ce moment des idées bizarres nous traversent la tête. Mais qu'importe. J'ouvre mon placard, mes jambes tremblent, j'espère que maman arrive bientôt... Je tend le bras pour saisir la housse et l'ouvrir délicatement. Cette fois je ne peux retenir mes larmes. Nous y sommes.
C'est le jour J. Ma robe est devant moi, aujourd'hui je me marie. 


J'ai écrit ce texte dans le cadre de l'atelier Les Jolies Plumes, dont je suis heureuse de faire partie. Chaque mois nous vous proposerons un article sur un sujet que nous décidons à l'avance. Si l'aventure vous tente, n'hésitez pas à nous contacter par mail: latelierdesjoliesplumes@gmail.com et à nous rejoindre sur Twitter @lesjoliesplumes.