vendredi 24 octobre 2014

Mes mots sur mes maux ...

J'ai peur. J'étouffe. Je me reconnais plus. J'ai même plus envie d'expliquer aux gens le pourquoi du comment parce que ça va faire deux ans que je me plains. Deux putains d'années à être mal, à survivre, à rêver pour tenir le coup.

Mais là, je baisse les bras, comme cet été. J'ai eu deux mois compliqué, ensuite ça plus ou moins été et là c'est reparti pour un tour. S'endormir et se réveiller en sursaut, prendre une grande bouffée d'air sans y arriver, s’asseoir d'un coup parce qu'on sent qu'on étouffe. Tourner à gauche, à droite, ruminer.

Préparer son discours pour faire face à son patron. Se dire qu'il faudra finalement rien dire parce que sinon je vais m'énerver et ça ne sert à rien. Dire le strict minimum, rester impassible, ne pas laisser paraître mes émotions, ne pas pleurer, ne pas s'énerver, ne surtout pas lui dire que son comportement est honteux et qu'il fait bien d'aller se confesser tous les dimanches si c'est pour traiter les gens ainsi par la suite. Non, ne pas dire tout ça. Rester calme, souriante, l'appeler Monsieur et non *son prénom*, lui tenir tête, lui montrer que je n'ai pas peur. 
Voilà, il faudrait faire tout ça. 

Arrêter de penser que rien ne s'arrangera. Se dire que la santé ira mieux, un peu du moins, quand ce point sera réglé. Continuer de bouger, se remettre au sport comme ce que je fais, petit à petit. Continuer à aller de l'avant, c'était bien parti. Pourquoi il y a toujours des bâtons qui viennent se greffer à mes roues ?! Pour me faire passer un message, tout le monde me le dit. La brune, tout ça c'est pour te faire avancer, évoluer, pour couper le cordon, pour déployer des ailes. OK. Mais en fait vous me faites chier à dire ça d'accord. Oui, je sais que je dois couper le cordon, mais vous le feriez vous avec des soucis de santé comme ça ? Sans boulot ? Vous partiriez de chez vos parents, parce que les autres vous disent que la clé du souci est là ?! Oui, j'ai une relation fusionnelle avec ma mère, oui j'ai besoin d'air mais ça va j'suis loin d'être en prison chez moi. J'suis loin d'être malheureuse. On va quand même pas lui reprocher de trop me materner. Oui j'ai 25 ans, mais pour une maman son enfant sera toujours un bébé. Et oui j'ai envie de partir, de voler de mes propres ailes, mais pas à n'importe quel prix. Pas inconsciemment pas juste parce qu'on me dit que ...

Et lui alors dans tout ça ? Bah ma foi, ça va, ça vient. Il est toujours là, plus présent que jamais, il veut que je le rejoigne, pour prendre un nouveau départ. Quand je dis que j'ai peur, que j'suis pas aussi courageuse, que je me sens pas capable il me dit qu'il est prêt à revenir en France juste pour faire le trajet avec moi, pour être là pour moi, pour me rassurer. Et moi je l'aime, c'est le seul à qui j'ai envie de parler quand je suis comme je suis depuis quelques jours. Il me fait chialer tellement il est toujours là, j'ai l'impression que je pourrais toujours compter sur lui, toujours. Et puis, parfois, les pensées me reviennent, l'avant, quand il était là, les crises de jalousie, les pleurs, les nuits à pas dormir à se demander pourquoi il répond pas, si il ne lui pas arrivé quelque chose. Les autres qui me disent que l'amour ne fait pas tout que je ne dois pas oublier tout ça. Bref, je vis au jour le jour, comme on peut vivre à distance ce genre de relation. ♥

J'en ai gros sur la patate, j'avais envie d'écrire... Vous ne lirez peut être pas jusqu'au bout, mais moi ça me fait du bien de mettre des mots sur mes maux. J'ai des envies pleins la tête, des projets. Partir d'ici, tout recommencer ailleurs, vivre, VIVRE, sans avoir mal, sans être angoissée,sans me soucier de mon état, sans avoir peur. Vivre une putain de vie riche en découvertes, en nouvelles perspectives, en tout.

Voyager. Danser. Aimer. Rire. Travailler. S'évader.

6 commentaires:

  1. Tu m'as fait pleuré ... Cela m'a touché , je fais des crises d'angoisse pour d'autres raisons depuis 2 ans , et cela a fait écho en moi .... Je te souhaite bon courage et t'embrasse .
    Caro

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends tellement ... les crises d'angoisses c'est vraiment l'horreur... c'est usant :(
      Bon courage à toi aussi, gros bisous

      Supprimer
  2. Etre chez ses parents a cet age, n'a rien de dramatique. Je suis partie en Gb a 25/26 ans.
    Je suis partie pour: faire ma these certes mais en GB, alors que je vivais chez mes parents c'était aussi pour: vivre, être moi, couper le cordon.
    Y suis je arriver? Pas vraiment au debut car internet n'existait pas et ce fut peu evident de s'intégrer au depart. La langue, la culture, le fait que je n'aimais pas aller aux pubs....mais tt a change ensuite.
    Je suis partie de GB pour ester avec Big, avec ses amis. Ce ne fut pas facile et c en'est tus pas facile après presque 2 ans e separation. Il est le seul qui me comprenne aussi bien, le seul apercer ce p'tit truc qui me soit chialer et/ou pleurer . Je l'aime toujours et malgré tt ce que l'on me di, je ferais tt pour être de nouveau avec lui.
    Alors vas y fonce, on n'a qu'une seule vie.
    Reprends le sport a ton rythme, mais reprend le. Ca renforce le mental, a fait du bien au physique et a la bonne humeur :-))
    Ecoute ton coeur Miss <3 <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison de croire toujours et encore ...
      Merci encore, gros bisous à toi <3

      Supprimer
  3. Mais tu vas y arriver !! Il y a parfois des périodes difficiles, des périodes où l'on est "pour ainsi dire au pied du mur" et qui nous pousse à réfléchir et à comprendre certaines choses. Une fois ces choses comprises, et intégrées, (parfois il faut un certain temps pour que ça décante) on se libère enfin.
    Je comprends qu'il ne soit pas facile pour toi, dans tes conditions actuelles de partir, quitter le nid et aller le rejoindre.
    Mais peut être qu'avec un peu de temps, quelques mois ou 1 an tu sera prête à ça !!
    L'important est que tu comprennes qu'une relation fusionnelle avec une mère (tu sais que je suis aussi passée par là) peut être néfaste pour ta construction de vie personnelle. Parce qu'en fait tu ne t'en sens pas capable parce que tu vis justement avec elle et que tu penses que tu n'es pas encore capable (surtout dans ton état et je comprends trop ça), mais un jour ça viendra et tu te sentiras capable !!! Je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire ma belle, je sais que tu es passée par là et qu'on peut y arriver...
      Gros bisous et merci <3

      Supprimer

Je me ferais un plaisir de vous lire les filles