mardi 5 août 2014

Départ Précipité

Comme je le disais ici, tout n'était pas simple...
Puis, on a discuté, de vive voix, les yeux dans les yeux, et nous nous sommes dit que quitte à ce que tu partes, autant en profiter avant et voir par la suite. Quand tu seras la bas, si les sentiments sont toujours présents, ou non.

Et, toute à l'heure tu m'as appelé, j'ai de suite compris à ta voix qu'il y avait quelque chose.... Ton départ est avancé... Tu commences à travailler le 15 Août, au lieu de début Septembre, ce qui veut dire que tu pars... Très bientôt. Début de semaine prochaine sans doute. Tu étais paniqué, ne sachant plus très bien par quoi tu devais commencer pour préparer ton départ... Je n'ai pas su te rassurer, j'ai juste su pleurer...

Je crois que je ne réalisais pas que tu allais partir. Là j'ai bien réalisé. Que tu ne serais plus là, qu'on ne pourra plus se dire "rendez vous dans une heure, on part 3 jours", qu'on vivra en décalé, que tu seras au boulot que je serais au dodo et inversement, que tu ne pourras plus me serrer dans tes bras si fort qu'il me faille te dire "arrête je vais étouffer", que je ne pourrais plus te souler en voiture à chanter comme une zinzin... Non, maintenant des océans nous sépareront.

Et, contre toute attente, j'ai peur. Je crois que je t'aime vraiment bien. Je sais c'est contradictoire avec mon dernier article, mais je suis pleine de contradictions. Tout ce que je sais c'est que je constate que cette nouvelle m'affecte. Que ce départ précipité m'a coupé les jambes. Que je ne peux pas me sortir de la tête qu'hier était peut être notre dernière nuit ensemble avant un sacré bout de temps. 

J'admire ta sérénité face à ça, à nous. Tu sembles si sur de toi face à notre couple. Ta seule peur est que je rencontre quelqu'un d'autre. De mieux que toi comme tu dis. Encore une fois, je ne te fais pas de promesse, je ne peux plus en faire. J'suis pas ainsi, l'amour, la vie, les relations, c'est tellement incertain tout ça que je ne peux pas. Pourtant, je me rends compte que je tiens vraiment à toi... J'ai presque envie de dire " j'ai pas envie que tu partes" mais bien sûr je ne dirais jamais ça, c'est ton rêve, et je veux que tu sois heureux. Alors pars, vis ce que tu as à vivre. Moi, je serais là, aussi longtemps que je (tu) le puisse(s), aussi longtemps que nos sentiments nous fassent tenir, aussi longtemps qu'on le pourra, qu'on le voudra. Qui vivra verra, c'est comme ça que l'on dit non ?! Et puis, on dit aussi que parfois il faut se quitter pour mieux se retrouver, que la distance permet de connaître ses vrais sentiments, la force d'une relation ou non.

Ces deux dernières semaines j'ai passé énormément de temps avec toi, on a beaucoup parlé, on a mis les choses à plat. On s'est avoué nos peurs, nos incompréhensions. Et ça fait du bien... Du bien de voir, que le dialogue n'est pas bouché, qu'on a chacun nos caractères mais qu'on se comprend tout de même, malgré tout. Qu'on a parfois mal compris des choses, qui nous ont blessées, alors qu'il n'y avait pas lieu.

Bref, ce soir j'ai le cœur lourd, les jambes en vrac, la tête qui tourne et un bouton de fièvre qui pointe le bout de son nez (lol). Mais je vais sourire, prendre sur moi et être heureuse pour toi. Essayer de ne pas laisser mon corps parler pour profiter des derniers jours ...

Je sais que tu seras bien la bas. C'est le principal.

Et puis, maintenant, laissons le destin faire ce qu'il doit faire.... 

6 commentaires:

  1. Ca devrait vous permettre de souffler; soit de redemarrer soit d'arreter.
    J'espere juste le meilleur pour toi. Tu le merites et.....restes zen, cool et n'oublie pas: souris a la vie :-D
    Bizzz Miss <3

    RépondreSupprimer
  2. Ton article est touchant, et je comprends que ça ne doit pas être facile à vivre pour vous deux !!
    Comme tu dis, il n'y a que la vie qui vous dira la suite, on ne rien savoir dans le moment présent, c'est ça qui est pesant. Bises et courage à vous !!

    RépondreSupprimer
  3. j'ai loupé des épisodes !! Ma poule !!!!!!! Tu es forte toi !

    RépondreSupprimer

Je me ferais un plaisir de vous lire les filles