mardi 10 juin 2014

Ce jour où je l'ai prise dans mes bras

Comme vous le savez maintenant, depuis plusieurs mois je m'efforce chaque jour un peu plus de devenir celle que je suis au fond de moi. Baisser la garde, laisser tomber les armes. Je suis une grande sensible, pourtant il y a beaucoup d'émotions que j'ai du mal à exprimer, dans la vraie vie. Ici c'est différent, écrire ses émotions sur du papier c'est tellement plus facile que de les exprimer à voix haute.

Je n'ai jamais dit je t'aime à ma maman, je ne l'ai jamais pris dans mes bras, pourtant je l'aime, très fort. Mais je n'y arrive pas, c'est ainsi. Et comme elle est pareil de ce côté là je crois qu'on y arrivera jamais mais à vrai dire, je ne pense pas que ce soit très grave. On se prouve notre amour par tellement d'autres façons.
J'ai toujours été ainsi, avec mes amis, pas de gros câlins, pas de je t'aime (sauf par sms ... mon dieu), pas de tout ça. Juste des preuves aussi. Les seules personnes avec qui j'arrive plus à être moins pudique sur mes sentiments sont mes amoureux, bizarrement. Les personnes qui, ont le sait, ne seront peut être pas là toute notre vie contrairement à notre famille ou nos amis proches. C'est d'ailleurs peut être pour ça que c'est plus simple... Tout ça pour dire que je pense que la seule personne qui m'ait vu moi même, sans armure, sans carapace, la seule à qui je dit je t'aime droit dans les yeux, c'est l'homme avec qui je suis restée le plus longtemps, celui qui je pensais serait l'homme de ma vie.

Mais, quand je suis tombée malade, c'est tout un changement qui s'est ouvert à moi. Un nouvel état d'esprit et je me suis surprise à être moins dans la retenue avec mes amis, les vrais, ceux qui sont venus me voir régulièrement toute l'année 2013 quand je ne pouvais pas bouger. Oui, je me suis surprise à avoir de petits gestes tendres, à m'appuyer sur une épaule quand j'étais fatiguée. Je me suis surprise surtout à ressentir l'amour, plus que dans mon cœur, dans mon corps. J'avais l'impression que je dégageais l'amour que je leur portais. C'est assez difficile à exprimer... J'ai aussi vu que je me laissais plus porter par mes émotions, je me suis surprise à verser quelques larmes devant un film, devant une série, là où avant j'aurais tout retenu et tout gardé en moi.

Avec le recul je me rends compte que j'ai appris à m'accepter telle que je suis, je suis celle que vous lisez, sensible, aimante, attentionnée et pourtant par peur, par pudeur je donne pas toujours l'amour que je voudrais donner aux gens. Mais de plus en plus, et surtout de plus en plus naturellement, sans que cela me demande d'efforts, sans que je m'en rende compte je me surprends à être plus démonstrative et ça me fait du bien. Et aux autres aussi j'imagine.

Ma meilleure amie me ressemble sur ce point, aussi sensible que moi, jamais on ne s'est dit je t'aime. Pourtant, récemment elle a vécu un grand bouleversement dans sa vie, une grande peine. Quand elle m'a annoncé la nouvelle par sms j'étais mal, mais quand je l'ai vu je n'ai su retenir mes larmes. La voir ainsi m'a déchiré le cœur. Timidement j'ai été lui faire un bisou sur la joue, elle m'a regardé avec ses grands yeux remplis de larmes et j'ai compris que ça lui faisait du bien. Et puis, j'allais partir quand son amoureux me rattrape me disant "elle veut te faire un dernier bisou", elle est venu vers moi et s'est écroulée dans mes bras. Je n'ai su retenir mes larmes, je l'ai serré très fort, je lui ai fait un bisou puis elle m'a regardé, m'a simplement dit " c'est dur putain ", et m'a à nouveau serré dans ses bras. En plus d'avoir compris ce jour là que plus qu'être ma meilleure amie, elle faisait partie de moi, j'ai aussi compris que je n'avais plus peur, plus peur de donner tout l'amour que je peux avoir.

La vie, ses épreuves, ses montagnes russes, nous apprennent beaucoup et nous font devenir les personnes que nous sommes vraiment. Celles qui sont au fond de nous depuis des années, qui grandissent, mais qu'on ne laisse pas toujours s'exprimer. 

8 commentaires:

  1. Billet très touchant... Je sais pas quoi dire de plus, juste c'est beau, et c'est bien que tu deviennes plus toi même, que tu te laisses la possibilité d'exprimer ce que tu ressens.

    RépondreSupprimer
  2. Je me suis reconnus sur le début de ton billet.

    RépondreSupprimer
  3. Sa fait pas longtemps que je lie ton blog mais j'i suis accro dans ton billet je me suis reconnu ça fait des année que je me retiens sur ce que je ressens mais la vie a fait que j'ai rencontré une personne qui ma démontré que pleuré dire je t'aime faire des câlins et des bisous font plaisir au gens qui tienne a nous. Après c'est toujours difficile mais si on avance doucement on est sur d'avancé.
    Ps: Désoler du long texte <3

    RépondreSupprimer
  4. Bouuh j’ai les larmes aux yeux avec ce post :(
    J’espère que ta meilleure amie va mieux... elles sont tellement précieuses...
    J’ai vécu ce même « moment d’émotion » avec l’une des miennes il y a quelques années et j’en ai encore la chaire de poule.

    Au passage, moi non plus y’a pas de je t’aime avec mes parents, a part par texto, mais ça compte quand même. Et pour la sensibilité j’ai toujours cru que la mienne, exacerbée, était un défaut, quelque chose sur lequel je devais travailler. Mais finalement un jour on m’a dit que c’était un atout, et de le vivre à fond. Depuis c’est une catastrophe lol
    Je pleure pour un rien. Même pour une pub d’une minute parfois ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihi c'est pas grave au moins tu laisses tes émotions s'exprimer et c'est le principal ! Je suis tout à fait d'accord avec toi, moi aussi, pendant longtemps je me disais que mon hypersensibilité était un défaut et puis, la vie est bien faite, comme toi, j'ai rencontré plusieurs personnes qui m'ont dit que c'était un cadeau d'être ainsi. Et en y réfléchissant, ils ont raison ;)

      Supprimer

Je me ferais un plaisir de vous lire les filles