dimanche 25 mai 2014

Celui qui reste

Celui qui reste, c'est celui qui regarde le train partir, qui reste sur le quai en se disant qu'il n'aurait pas dû venir, qu'un au revoir dans la voiture, en double file, aurait peut-être été moins douloureux. 

Celui qui reste c'est celui qui ravale ses larmes et qui dit " pars, ne t'en fais pas ça va aller ". C'est celui qui, une fois le train parti reprendra la même vie, mais sans l'autre à ses côtés. C'est celui qui va vivre au même endroit, faire les mêmes choses qu'avant, mais seul. Avec le souvenir de l'autre. C'est celui qui ira à leur QG, leur banc préféré, leur bar, leur restau, juste pour se souvenir. Juste pour se rappeler "avant". Qui ressortira plein de nostalgie. Vague à l'âme. 

Celui qui reste a le poids des souvenirs, matériels, avec lui. Un poids parfois lourd, trop lourd à porter. Celui qui reste s'imaginera que la nouvelle vie de l'autre est 1 000 fois mieux que celle d'avant. Que ce changement va lui avoir ouvert les yeux sur de nouvelles choses, qu'il reviendra, si il revient, changé, avec surement de nouvelles envies, de nouveaux projets dont il ne fera peut être plus parti.

Celui qui part, lui, laisse tout derrière. Il regarde défiler les images, les films d'avant, mais il n'a rien de concret, rien pour se rattacher à "avant".

Celui qui reste c'est celui qui voit partir le train et qui se dit qu'il aurait surement dû monter dedans.



25 commentaires:

  1. ton texte vient de me foutre une grosse claque; étant celle qui part, je n'avais jamais envisagé les choses comme ça... superbement bien écrit!

    RépondreSupprimer
  2. Très beau texte, article magnifique !

    RépondreSupprimer
  3. Pfiouuuuuuu <3 <3 <3

    Ton texte me prend aux tripes, parce que j'ai été pendant ma dernière histoire, celle qui reste, celle sur laquelle la porte de l'appartement se referme, celle qui reste seule dans le grand lit froid aux draps froisses, celle qui est restée quand il est parti, celle qui se bat contre les souvenirs.

    Mais j'ai aussi été celle qui part, avec tous mes voyages, mes expatriations, laissant être aimés (proches, famille) et cette année, je suis celle qui reste un peu alors que les autres commencent à partir, et je n'avais pas ressenti ce vide qu'ils laissent, je ne comprenais pas le vide que je laissais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement après avoir été des deux côtés tu dois mieux comprendre tout ça .... ♥

      Supprimer
  4. J'ai été 2 ans dans cette situation, alors je te comprends. Je te souhaite bon courage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est purement fictif je ne suis pas dans cette situation :)
      Merci pour ton commentaire :)

      Supprimer
  5. J'ai été dans les deux cas, c'est jamais facile mais je crois que c'est quand même pire d'être celle qui reste...
    en tout cas très joli texte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement je crois aussi !
      Merci beaucoup :)

      Supprimer
  6. Réponses
    1. ça va :)
      c'est fictif ce texte ;) Bisousss

      Supprimer
    2. Bon ça vas, alors :)
      J'ai cru que tu n'étais pas bien :$

      Supprimer
  7. Très beau texte. Celui qui part, celui qui reste, aucune position n'est facile à tenir.
    Avec le temps, je crois que celui qui reste, c'est celui qui morfle le plus. Même quand partir est un choix difficile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, comme tu dis, aucune position n'est facile ! Mais quand je lis les différents commentaires, effectivement la plupart des gens disent aussi que rester est le plus dur.

      Supprimer

Je me ferais un plaisir de vous lire les filles