jeudi 21 novembre 2013

11 mois.


11 mois. Nous y sommes. Aujourd'hui, jour pour jour, ça fait 11 mois que "ma vie a basculé". 11 mois de douleurs, d'incertitudes, d'incompréhensions, d'attentes, de peurs, d'angoisses. 11 mois que je vis au rythme de mon corps. 11 mois sans travailler.
Alors oui, 11 mois dans une vie c'est rien me direz vous. Mais à 23 ans, (maintenant 24), des projets et des envies plein la tête voir sa vie se stopper c'est pas évident... Néanmoins, qu'on se le dise. Ces 11 mois, mon corps en avait besoin. Si il a tiré la sonnette d'alarme ce n'est pas pour rien. 11 mois où, passé l'attente du diagnostic, l'acceptation de la maladie qui sera longue, j'ai pu faire le bilan de ma courte vie. J'ai pu tirer profit de tout ça pour changer, me prendre en main. Réfléchir à ma vie, celle d'avant. 

Parce qu'il y a l'avant, le pendant et bientôt l'après. Qu'il arrive je suis prête à l'affronter. Je suis un peu plus armée qu'avant. Et j'ai hâte de commencer ma nouvelle vie. Tourner une page, changer de chapitre. Repartir à zéro. Cette maladie aura eu moins eu le bénéfice de me faire avancer. De m'ouvrir les yeux sur les personnes importantes de ma vie, les vraies, sur mes envies, mes besoins, mes projets.
De plus, si mon blog fonctionne c'est aussi "grâce" à ça ... ça été mon exutoire ces derniers mois et j'ai pu y faire de belles rencontres . Vous m'avez aidé, chacun à votre manière à traverser cette épreuve et je ne peux que vous envoyer 1000 mercis.

Avec le recul, je ne me rends pas bien compte, j'ai toujours minimisé ce qui m'arrivait en fait. Et je crois que c'est ce qui m'a aidée. Hier un médecin m'a dit " c'est quand même pas rien ce que vous avez eu, c'est ce qu'on appelle de gros soucis de santé. Vous étiez mal en point quand même". Alors oui, c'est sur, je me souviens de ces premiers mois horribles, mais je crois que mon cerveau a une tendance à la suppression des souvenirs qui blessent, qui font mal. Quand on me dit ça, pourtant, mon coeur se serre, mon estomac se noue mais je réponds toujours "oui mais ça va mieux, c'est le principal. Arrêtons de parler du passé, pensons à l'avenir et à ma guérison qui est en cours. A ma convalescence".

Parlons en de cette convalescence. Je comprends mieux certaines choses de la vie maintenant... J'ai remarqué que, autant ces 11 mois ont été pénibles, autant cela ne m'a pas empêché de me construire un équilibre avec. Même en étant mal, on s'accommode de tout, on apprend à vivre avec. Les débuts sont difficiles surtout quand on a du mal à accepter ce qui nous arrive, mais après on s'habitue. Comme quoi, on s'habitue à tout, même au pire. Souvent les gens m'ont dit " tu dois trouver le temps long " j'ai jamais osé leur dire que non finalement, le temps n'est pas si long que ça, j'ai mes habitudes, je suis rodée, j'ai appris à m'organiser en fonction .... Je ne l'ai jamais dit car je me suis toujours dit que si je disais ça les gens allaient penser que la situation m'allait que finalement la maladie ne m'allait pas si mal. Oui, les gens pensent ce genre de choses j'en suis certaine. Non la maladie ne me va pas, ne m'allait pas, mais fallait bien vivre quand même et pour vivre, il faut avoir un certain équilibre. Que j'ai su trouver.

Mais ces dernières semaines, cet équilibre que j'avais trouvé est bouleversé: je vais mieux. Je ré apprends à vivre, comme une enfant qui apprend à marcher. Je tombe encore parfois, mais je me relève. Et dans un mois .... La date anniversaire. Celle que je redoute depuis le début. Celle qui me fait peur. Qu'elle arrive cette date anniversaire, qu'elle soit passée, qu'on en finisse. Que Noël, que le Nouvel An arrivent vite, pour être débarrassée, parce que rien que d'y penser j'ai la nausée. Obligatoirement ce genre de date anniversaire nous fait revivre l'évènement. Et j'ai peur. Je vais tellement avoir besoin de mes amis, de ma famille, de vous pour ce mois à venir. Encore faut il que je sois capable de le dire. " J'ai besoin de vous. Soyez là s'il vous plait. J'ai peur". 

Je finirais cet article en vous disant que l'autre jour une amie commentait une photo que je venais de poster et me disait " tu es moins pétillante qu'avant ". Je lui ai répondu que non je l'étais toujours voir plus. Mais incontestablement je pense que mon regard à changer, ma façon d'être, mes attitudes et tout ce qui va avec ont changé. J'ai grandi. La petite fille est devenue une jeune femme, forgée par les expériences de la vie. Mais ce n'est que du bon, toujours.
Et comme je le dis souvent: rien n'arrive jamais par hasard, tout est possible dans la vie. Croyez en vous, battez vous, même si c'est dur, on arrive toujours à s'en sortir. Peu importe les moyens, peu importe le temps qu'il faudra. 

 2014 sera mon année, j'en suis persuadée. Et même si ce blog a grandi avec moi ces derniers mois, je le ferais encore grandir. Juste pour convaincre les réfractaires que ce n'est pas la vie qui nous mène, mais bien nous. Baisons la vie avec autant d'entrain que le reste.



14 commentaires:

  1. C'est normal d'avoir peur (je connais malheureusement ça), mais tu verras, ça se passera bien, ce n'est qu'une date (facile à dire je sais). Entoure toi des gens qui ont toujours été bienveillants et à l'écoute, ça te fera du bien et tu parviendra à mieux vivre ce moment. Et déjà, rien que de prendre conscience que cela peut-être compliqué, c'est un grand pas, au moins ça ne te tombera pas sur le coin du nez sans que tu t'y attendes. N'hésite surtout pas à demander de l'aide si tu ne le sens pas, être capable de verbaliser son angoisse c'est signe de maturité :-) Courage ma belle et plein de bisous.

    RépondreSupprimer
  2. Ahhh c'est toujours un plaisir de lire ton blog = ) ! Et ce que j'aime c'est que tu tires du positif dans le négatif, "transformer le venin en remède", et finalement c'est ça la vie, c'est ce qui fait grandir et avancer alors merci de faire passer ce message et puis binh j'ai envie de dire "les brunes comptent pas pour des prunes" haha, voilà fallait que je fasse une blague pourrie :/ ^^ !! Gros bisous !
    Sarah

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha t'inquiète je suis fan des blagues pourries moi aussi !!!
      Sarafermie un peu l'esprit tout ça !!! (Pardooooon)
      Bisouss

      Supprimer
  3. N'aie pas peur, même si je comprend que tu puisse.
    Tu semble avoir évolué et pour ton bien, c'est que du positif.

    Et puis, on est là pour te lire et te commenter.
    Même pour te donner des conseils (bon d'accord, mes conseils sont des fois pourris, mais fais avec de bon sentiments :))
    En tout cas, on sera présent, ici et là.

    Et si l'oeil sur la photo est le tient, ben moi, je le trouve plutôt pétillant ;)
    Et s'il n'est pas le tient, ben elle semble quand même plutôt mignonne :)

    RépondreSupprimer
  4. Je t'applaudis des deux mains, ton article est rempli d'optimisme. Tu arrives à trouver du bon dans l'épreuve, pour ça tu as mon respect. C'est tout ce que j'aime !
    Concernant ta peur, elle est légitime. Mais sache que l'on sera là pour te soutenir. Tu es sur la bonne voie et je te souhaite que cela continue !
    La vie est belle malgré les difficultés, c'est tout ce qui compte !

    RépondreSupprimer
  5. J'aime beaucoup tes mots dans cet article, c'est une réalité, on s'habitue à tout même au pire. Au début c'est pas facile, mais nous n'avons pas le choix, donc on continue d'avancer... Je te souhaite vraiment de t'en remettre, de tourner la page si tu le peux un jour et si tu guéris, si ce n'est pas la cas de vcontinuer à vivre "normalement". En effet, ça nous change, mais au donc on est toujours la même personne, sauf avec quelques différences et de la compréhension en plus.

    RépondreSupprimer

Je me ferais un plaisir de vous lire les filles