jeudi 3 octobre 2013

Apprends à saisir ta chance

Si vous me suivez un peu vous savez que je suis peu sur de moi, assez fragile et passionnément hypersensible. Pourtant, je dois dire qu'à ce moment précis je suis fière de moi. Loin de moi l'idée de faire mon éloge mais, ces derniers mois j'ai souvent entendu " je ne sais pas comment tu fais pour tenir ". Cette phrase, même si elle part d'un bon sentiment, m'insupporte, comment je fais ? Mais je n'ai pas le choix les chéris.
Quand ta santé fout le camp, et que tu aimes la vie comme moi je l'aime, tu n'as pas le choix que d'y faire face à cette putain de maladie, à ce corps qui part en vrille, à ces fichues angoisses qui arrivent par dessus le marché. Alors bien sûr, tout n'est pas aussi facile que ça, bien sûr que des larmes j'en ai versées, bien sur que des peurs - des doutes - des angoisses qui te bouffent et te tordent l'estomac j'en ai eu. Bien sur, tout ça a parfois pris le dessus. Mais toujours je me suis répété que dès lors que tout ça prendrait le dessus trop longtemps j'étais foutue.

Je parlais de ça avec un ami et il me dit " tu es vraiment forte, tu m'impressionnes. Tu inspires le respect, ce que tu traverses n'est pas anodin et sincèrement tu t'en sors à merveille, tu gardes ton sourire en toute occasion. Tu me donnes une jolie leçon ".
Ce genre de message a une portée tellement puissante. Moi qui me suis toujours trouvé faible, pas assez forte, etc... Je me rends compte que je le suis beaucoup plus que ce que je ne pensais, et apparemment les gens le trouvent aussi.

Il y a quelques jours, je vous disais sur les réseaux sociaux que je me ferais plus discrète les jours à venir. De mauvaises nouvelles niveau santé (OUF c'était une fausse alerte. Dieu merci.) j'avais besoin de me retrouver, de me refixer certains objectifs et surtout de faire le point sur ma situation.
Vendredi dernier, j'ai passé ma matinée à pleurer, comme un bébé. Tu sais dans les films, il n'est pas rare de voir une fille s'écrouler en pleurs sous sa douche et laisser l'eau couler couler, et pleurer sans s'arrêter. Bah c'était moi. Autant vous dire qu'après vous pouviez m'appeler bouffie. Les yeux explosés, le nez rouge, vidée.
Et là, en un quart de seconde je me suis dit merde, c'est pas possible, pas moi, pas maintenant, pas si près du but. J'ai vraiment eu peur, de flancher, de pas me relever, de continuer à pleurer sans pouvoir me contrôler. Parce que soyons réaliste si je commences à chialer comme ça pendant des heures je suis loin d'être guérie. La guérison du corps passe aussi et souvent par la guérison de l'âme. Grosse prise de conscience: arrête de pleurer et marche.
Et depuis une semaine c'est ce que je fais, je me force. Pour le coup je me bats vraiment contre mon corps qui ne suit pas, contre mes angoisses qui prennent le dessus. Mais qu'importe, c'est maintenant ou jamais. Si je laisse toutes ses choses m'envahir c'est la fin des haricots comme dirait mamie.
Depuis une semaine je reconduis, doucement, mais surement, seule mais surtout accompagnée (faut pas pousser non plus), je vais chez mes amis plutôt qu'eux ne viennent, j'ai même été boire un verre dans un bar. Je sais dis comme ça c'est très con mais au vu de la situation je suis vraiment contente. Je lutte je ne vais pas le cacher, c'est usant, fatiguant, effrayant mais tant pis. Chaque jour est une petite victoire qui mènera à la grande.

Tout ça pour dire que bien souvent nous sommes beaucoup plus forts que ce que nous pensons. Et nous nous en rendons compte quand l'être n'est plus une option (comme le dit si bien Emilie). Alors ne subissez plus votre vie, si vous n'y êtes pas obligés s'il vous plait. C'est usant.Chacun ses soucis bien entendus, aucun ne doit être minimisé. Chacun ses problèmes et sa capacité à les gérer, cependant, j'invite régulièrement les gens de mon entourage à réfléchir à leurs tracas pour prendre conscience que dans la vie, le seul maître c'est toi. N'attendez pas que tout tombe tout ciel, on a rien sans rien. Camille, Marie May pourront vous le dire, mais quand on décide d'être heureux on l'est. Même si la route est longue, même si elle est semée d'embûches.

Tout n'est pas toujours rose mais il y a tellement de nuances qu'il suffit de choisir la vôtre.

29 commentaires:

  1. Ouaaahh! Et bien j'ai envie de te dire quel article ! Touchant, émouvant, vrai et plein de bonnes énergies, alors bravo à toi la Brune au grand coeur :D !
    Bisous
    Sarah'folle'

    RépondreSupprimer
  2. J'adore tes articles vraiment, ils sont tellement revigorants,et oui il faut garder cette force qui te permet d'avancer! c'est souvent dans la difficulté qu'on se dépasse mais comme quoi on peut y arriver ;) bisous !

    RépondreSupprimer
  3. Bel article! Je partage avec toi ce moment difficile ou le corps ne tient plus trop et où l'on est obligée de tenir uniquement grâce au mental. Après des années de galère, je reprends les cours lundi, et ça me fait peuuuuuuuur! Mais c'est déjà une grosse avancée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon courage !!!! Passez la peur du 1er jour ça ira comme sur des roulettes :)

      Supprimer
  4. la véritable force est souvent cachée au fond de nous ! bien souvent, on est beaucoup plus fort qu'on le croit ! j'admire profondément ceux et celles qui vont de l'avant !

    RépondreSupprimer
  5. Un tres bel article et un beau message!
    Je te rejoins, on se rend compte de notre force lorsque nous devons faire face a des situations difficiles dans nos vies.
    Tu as raison chaque jour est une petite victoire. On peut se laisser aller un peu, de temps en temps, mais vite reprendre le fil car la vie merite d'etre vecue pleinement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. exactement ... c'est normal de flancher parfois, mais il faut toujours se relever :)

      Supprimer
  6. C'est des bonnes nouvelles ça :)
    :-*

    RépondreSupprimer
  7. Yeesssssssssssssssssssssssss!!!!
    (Et merci <3 )

    RépondreSupprimer
  8. Joli article. J'espère de tout coeur que ta santé va s'améliorer.
    On me le dit souvent que je suis courageuse face à mes soucis de santé, face à ma situation de maman solo, Moi je n'en ai pas l'impression j'avance parce que je n'ai pas le choix, parce que personne ne le fera à ma place.
    Comme tu dis quand on décide d'être heureux on l'est.
    Mais malgré tout on a le droit de temps à autre d'avoir un coup de mou, de broyer du noir, de pleurer toutes les larmes de notre corps et de repartir ensuite de plus belle dans nos combats.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça:pas le choix, personne ne le fera à notre place !!!

      Supprimer
  9. Fière de toi et de te connaître <3

    RépondreSupprimer
  10. beau billet, beau message. BRAVO! Go go go!

    RépondreSupprimer
  11. Je suis bien d'accord avec ton ami, tu es une personne courageuse, une battante.
    Continue comme ça et je suis sûre que demain sera plus beau qu'hier ma belle! ♥
    Bises, Maricha.

    RépondreSupprimer
  12. Je ne l'avais pas encore vu cet article, il est super, un bel article comme d'habitude, tu as une façon d'écrire qui me plait beaucoup. Et la phrase "on a rien sans rien" je l'adore, elle est tellement vrai.
    Et bon courage à toi, bisous

    RépondreSupprimer

Je me ferais un plaisir de vous lire les filles