jeudi 17 octobre 2013

La dépendance forcée

Du haut de mes petites 24 années j'ai toujours réussi à avoir ce que je voulais toute seule. Je me suis battue pour avoir ce que je voulais. Décrocher mes diplômes? J'ai étudié. Payer mon permis et ma voiture? J'ai travaillé. Décrocher mes stages, mon emploi actuel? J'ai fait mes preuves, j'ai travaillé et j'y suis arrivée. On n'a rien sans rien. Quand on bosse et qu'on fait ce qu'il faut pour, ça paye. Bref, ma devise est "on est jamais mieux servi que par soi même". Mon indépendance je me suis battue pour l'avoir, entre une maman poule et un ex assez exclusif, j'ai réussi à devenir celle que je voulais, bien dans mes baskets, il y a encore un an je profitais de ma vie comme j'en avais toujours rêvé. Faire ce que je veux, quand je veux, où je veux avec qui je veux. Ne rentre de compte à personne, vivre quoi.

Sauf que, ces 10 derniers mois, les choses sont différentes. Et maintenant que je suis sur la voie ascendante c'est encore plus difficile. Autant, quand je ne pouvais quasi rien faire ce n'était pas un souci, autant maintenant. Que je peux un peu plus bouger etc, c'est pesant de ne rien pouvoir faire seule. Envie de shopping ? Il faut que quelqu'un m’emmène et vienne avec moi. Rendez-vous chez le médecin ? "11h? Oui, bah je vais voir si quelqu'un peut m’emmener et je vous redis".

Et c'est ça pour TOUT. Je ne suis pas encore capable de faire beaucoup de choses seule, donc il me faut toujours être accompagnée... Dieu sait que ça me pèse bon sang. Moi, l'indépendante, je suis obligé de demander à droite à gauche à qui voudra bien être là pour moi. Et j'y arrive pas. Certains me disent "accepte l'aide qu'on te propose, on est contents de le faire pour toi". Oui, c'est sur, et je ferais la même chose pour eux. Mais j'ai toujours l'impression de déranger, de faire chier le monde (même si apparemment ce n'est pas le cas), d'être redevable aussi. Parce que oui, je fais des choses, mais je suis limitée quand même, alors si par exemple je vais faire du shopping avec une amie et qu'après 2 magasins je me sens pas bien et je veux rentrer, on fait comment? " Bah on rentre " oui mais NON. J'aime pas l'idée que les gens fassent de la route etc pour moi et qu'à peine arrivées nous devons repartir car je ne me sens pas bien.

Alors je ne demande rien, je décline même certaines propositions parce que je ne veux pas que le genre de situations que je viens de vous décrire se produisent...Mais ça me pèse, c'est tellement frustrant de rester chez soi quand on a qu'une envie sortir, prendre l'air. Je dois accepter de demander de l'aide aux gens, je dois comprendre qu'ils le font par plaisir et non par contrainte...

Certains me disent "mets ta fierté de côté". Est-ce ça avoir de la fierté ? Je ne mettais jamais posé la question avant, mais c'est peut être ça le problème je suis trop fière pour demander de l'aide?! Ou tout simplement je n'aime pas déranger, j'ai toujours eu l'habitude de me débrouiller seule... C'est des années de lutte pour en arriver là, qui sont tout d'un coup, remisent en question...


 Ps: même si elle ne me lis pas et ne connais même pas l’existence de ce blog je remercie très fort ma maman qui est là, toujours.


13 commentaires:

  1. Comme je me reconnais dans tout çà.... encore une fois.... De mon côté, ce n'est pas de la fierté, c'est que j'ai peur de déranger et qu'on ne me voit plus que comme la malade de service...
    Tu retrouveras ton indépendance ma belle. Avant tu ne pouvais pas sortir du tout, maintenant, c'est accompagné. La prochaine étape, ce sera seule sur des petits parcours et enfin seule pour les plus grands parcours et tout ce que tu souhaiteras faire. J'ai toujours cru en toi et j'y croirai toujours jusqu'à ce que ce jour là arrive. Et accepte les mains tendues.. quand je vois les miennes qui s'échappent, çà me fait mal, parce qu'il n'en reste plus beaucoup finalement... accepte les, on en a besoin et les personnes qui proposent le font avec plaisir sinon elles ne le font pas. Et puis elles ont envie de passer du temps avec toi aussi, c'est leur façon à elles de te voir et de profiter de ton amitié, parce qu'elles ont autant de besoin de toi que toi d'elles, mais à d'autres niveaux ;-) Gs bisous ma ptite brunette préférée <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je te rejoins sur la peur de déranger et le fait qu'on me voit comme la malade de service, mais les gens me disent que c'est de la fierté quand je leur dit ça ...
      Je pense fort à toi, Love <3

      Supprimer
  2. Même si c'est difficile (et je le sais :)) il faut aussi savoir accepter l'aide des gens car souvent (ouioui) les gens qui sont là dans les moments difficiles sont LES bons et l'aide qu'il t'apporte est toujours avec plaisir :)
    Je te souhaite tout le courage du monde pour remonter la pente, j'ai eu une longue période de dépendance aussi et sans famille c'étais très dur alors il m'as fallu accepter l'aide d'amis de connaissance et parfois d'inconnu et au final je me rend compte que toute cette dépendance m'aura fait découvrir beaucoup de chose sur moi et sur les autres que je vois la vie autrement et au final je suis plus heureuse maintenant qu'avant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage ...
      Par contre, j'ai une certitude, et tu le dis bien, c'est qu'après je serais plus heureuse qu'avant car j’apprends beaucoup sur moi même et sur les gens...

      Supprimer
  3. je pense qu'accepter l'aide des autres s'apprend. comme tout. ça ne se passe pas comme prévu? ils savent que ça peut arriver. tu n'es coupable ni redevable de rien. plein de courage! :) bisous

    RépondreSupprimer
  4. Mais quel événement a fait que tu sois "dépendante" des autres ? Enfin ça ne me regarde pas et si tu ne veux pas répondre je comprendrai tout à fait !
    J'ai connu cette frustration de ne rien pouvoir faire seule, d'avoir un blocage etc suite à une agression physique... Ça a duré deux ans ! Ensuite j'ai eu la chance de partir loin de chez moi pour faire mes études et ça m'a libéré... Je te souhaite bien du courage et demander de l'aide aux autres et très dur mais parfois nécessaire !

    RépondreSupprimer
  5. En parcourant ton blog, j'ai compris. Tu es vraiment très courageuse !

    RépondreSupprimer
  6. Je ne pense pas que ce soit de la fierté, simplement le fait que tu ne veux pas déranger.

    Et si tu te sent redevable, dis toi qu'un jour, ils auront (peut-être) besoin de toi et que tu sera là grâce à eux pour leur venir en aide.

    Remonter la pente seule n'est pas simple, prend toute l'aide que les autres veulent te donner et remercie les pour ça (c'est la seule chose qu'il attende de toi, un merci).

    RépondreSupprimer

Je me ferais un plaisir de vous lire les filles