jeudi 26 septembre 2013

Non nous ne sommes pas " mous "

Ces derniers jours j'ai pu lire un article qui m'a un petit peut irritée - agacée - fait soupirer ....
Publié sur sobusygirls, ici, dans cet article on nous parle des "gens mous", on peut y lire par exemple :

" Jamais motivés, toujours une bonne excuse pour décliner toutes nos tentatives d’occupations, - ' Attends Bernadette j’suis crevée quoi ! ' - ' Ouais non mais viens, j’te jure qu’on va s’amuser, tu dormiras mieux ce soir ! ' - ' Non vraiment, j’ai pas la force…' Et là, t’as juste envie, de HURLER ! De dire, « Mais put*** arrête de te laisser vivre comme ça, tu attends quoi ? Tu attends patiemment que ta vie se termine ? bon sang mais PROFITE un peu, motive toi, qu’est-ce que tu dois t’faire chier sérieusement ! "

J'avais juste envie d'y répondre, (pas de créer une polémique hein attention), mais donner mon avis, sur ces gens dis "mous". Car j'ai trop souvent entendu ce genre de phrase, et trop souvent je me suis dit qu'il était peine perdue d'expliquer aux gens que tout le monde ne fonctionne pas pareil.
Comme je vous en parlais, ici, ici et. Je suis hypersensible. Et, une des "caractéristiques" d'un hypersensible est que son cerveau est sans cesse en action, il réfléchit (beaucoup) trop. Par conséquent, il est aussi prouvé et confirmé, qu'un hypersensible ne peut avoir le même mode de vie qu'une personne qui ne l'est pas. Pour s'assurer une bonne santé physique et mentale l'hypersensible doit s'accorder, plus que d'autres, des moments de répit et de calme. Après une journée de travail acharné ou une journée shopping intense, un hypersensible ne peut pas de suite enchainer avec une autre activité, il doit se poser, plus ou moins longtemps pour se reposer. C'est comme ça. 

Et ce qui me met hors de moi, c'est que souvent je me suis dis, mais pourquoi moi je peux pas faire comme mes potes, passer une semaine de vacances à se coucher à 6h se lever à 11h, et enchainer enchainer, pourquoi je ne peux pas suivre la cadence?, pourquoi je dois me reposer plus que les autres?. Pourquoi on me reproche ça, comme on peut le lire dans l'article par exemple, alors que je suis la première à me blâmer de ne pas pouvoir faire tout ce dont j'ai envie. Parce que JE SUIS COMME CA UN POINT C'EST TOUT. Ça ne m'empêche pas (du moins ça ne m'empêchait pas avant de tomber malade) de sortir très souvent, de voir mes amis et d'avoir une vie tout à fait normale, je sais juste que je ne dois pas abuser. C'est ma manière de fonctionner pour être bien dans tous les sens du terme. Et croyez moi, déjà ce n'est pas forcément facile à vivre pour un hypersensible alors si en plus on nous le balance en pleine tronche... 

Dans notre monde actuel, il y a autant d'êtres humains que de personnalités, que chacun se doit d'accepter plus ou moins facilement peut être, mais accepter quand même. Chacun a sa façon de vivre, et le principal est qu'elle convienne à la personne en question. Les autres peuvent aller se rhabiller si ils ne sont pas contents ou alors essayer de comprendre.

NON NOUS NE SOMMES PAS MOUS NOUS AVONS BESOIN DE REPOS AUTANT QUE VOUS DE SORTIR. Et nous ne vous blâmons pas parce que vous êtes sans cesse à droite à gauche. Je ne vous blâmes pas, je comprends que certaines personnes, pour se sentir bien, doivent être en ébullition permanente. Chacun sa personnalité, voilà tout.

Sur ce, Bisous et que chacun vive sa vie comme il l'entends c'est déjà un bon début :)

mardi 24 septembre 2013

T'as quoi sur le front là ?

Des boutons connard ! (pardon)

Oui, des boutons, des imperfections, des trucs dégueulasses qui me donnent envie de pleurer quand je me regarde dans la glace. Celle qui connaissent mon "vrai visage" (au sens littéral) me diront " mais arrête t'as rien ça ne se voit pas ". Si je vous assure, je remercie celui qui a inventé la frange et le fond de teint d'ailleurs !

A 24 ans j'ai de l'acné ouai. Plus sex et glam tu meurs ! Pourquoi ? Ado j'en ai eu, comme la plupart des jeunes, rien de bien méchant, mais assez complexant quand même, celles qui vivent ça me comprendront. Puis j'ai commencé à prendre la pilule, cette merde pas possible, pendant 3 ans, en 3 ans, 4 pilules différentes, des problèmes de santé à chaque fois, sauf pour une. Qui ok me faisait avoir mes règles 2 semaines sur 4 mais au moins ma peau était nickel (vous dire à quel point ma peau m'obsède). Sauf que, avouons le, d'une, 2 semaines par moi c'est RELOU, de deux, j'en ai eu marre de bouffer de la merde en comprimés tous les jours, surtout avec toutes les polémiques qu'il y a eu la dessus en début d'année. Et, étant malade, j'ai décidé de rendre mon corps le plus clean possible, donc bye bye pilule. Mais bonjour BOUTONS.

Alors voilà, depuis Mars je me bats pour retrouver une peau un minimum potable ... Ce n'est pas chose facile, j'essaye crèmes sur crèmes, huiles essentielles, homéopathie, clarisonic, tout y passe. Et... j'ai toujours une tête au naturel qui me donne envie de pleurer.

Les jours où ça a plus mal je peux en pleurer en disant " en plus d'être malade, j'ai une tête dégueulasse " bref, certains en rirons, les autres comprendront à quel point c'est difficile, ne serait que pour le confiance en soi. Alors, effectivement, une fois maquillée, ça passe. Mais merde, je n'ai pas envie d'avoir besoin d'être maquillée pour être belle. Je trépigne de pouvoir commencer le fameux régime anti acné de Camille, mais pour le moment, étant pas mal fatiguée je ne peux pas cuisiner, passer 3 plombes dans les magasins pour trouver des produits sans gluten, etc... Alors en attendant, je mate des vidéos de youtubeuse à la peau canon et je pleure. Oui j'aime me faire du mal pour pas grand chose

J'utilise la clarisonic depuis 1 mois, autant les 2 premières semaines j'étais ravie, autant là je ne sais plus quoi penser... Je vous en parlerai plus en détails d'ici un mois si cela vous intéresse.
En attendant, si certaines ont des astuces je suis preneuse, n'hésitez pas !!!!!

Aussi, si vous voulez connaître ma routine soin et/ou teint dites le moi, parce que derrière la blogueuse " humeurs " il y a aussi une beauty/fashion addict (paix à ma CB).

Des bisous ♥

lundi 23 septembre 2013

9 mois.

9 mois: une grossesse, un CDD, un voyage à l'autre bout du monde, une relation voir des relations, un changement de carrière pro, des projets réalisés, une nouvelle voiture, de nouvelles amitiés, des soirées, des barbecues, des sorties à la plage tard le soir, des rendez vous.
9 mois qui se résume à quoi ?! Je vous épargne tout le baratin, vous le savez, je radote à force. 9 putains de mois. Peurs, angoisses, douleurs. 9 mois après, il y a du chemin de parcouru c'est clair, pourtant, j'ai toujours peur que demain tout s'arrête. Toujours cette foutue peur de merde que tout s'arrête. Alors oui, je sais vous allez me dire qu'en 9 mois j'ai gagné de belles victoires, j'ai changé, j'ai grandi, je suis presque devenue une femme, j'ai su revoir mes priorités, j'ai su changer de manière de penser et je vois maintenant la vie différemment. Mais pour quoi au final ? Pour être là 9 mois après, le cul dans mon lit à écrire ce putain d'article de merde. Je ne l'acherai rien, jamais. Mais j'ai peur putain, j'ai toujours peur que tout s'arrête demain. Il y a plus grave dans la vie, je sais, cette femme qui se bat contre le cancer, ce mec contre le sida, cet enfant contre la leucémie. IL Y A PLUS GRAVE QUE TOI MA VIEILLE. Je le sais, mais j'y peux rien, j'ai PEUR.

9 mois. Dans 3 mois, ça fera un an. UN AN. C'est quoi dans une vie ? RIEN. Mais dans 3 mois, je serais où, comment, avec qui, dans quel état. J'espère ne pas avoir à franchir ce cap, j'espère dans 3 mois pouvoir vous écrire que ça va, que je reprends le travail doucement, que ma vie reprend son cours, que je n'en sors pas indemne mais que ça va.
J'espère vous dire: " je vais bien, et je n'ai plus peur ".

J'espère laisser tout ça de côté, tout déposer dans une boite, et la laisser derrière moi.


vendredi 20 septembre 2013

J'ai testé: l'hypnose ericksonienne #Acte2

Je vous racontais hier le début de mon expérience sous hypnose, si vous ne l'avez pas lu c'est pas ici

Donc, j'ouvre ce fichier (je l'ouvre par visualisation hein vous l'aurez compris oui vous n'êtes pas con, mais comme c'est assez spécial je préfère le répéter). Là elle me répète un par un tous les symptômes que j'ai eus, toutes les douleurs, toutes les sensations désagréables, etc... Normalement à ce stade vous êtes vraiment "dans l'histoire". Moi quand elle me disait ça, j'ai senti les larmes monter car je revivais un peu tout ça... Puis elle me dit " tu es maintenant maître de ton destin, tu peux supprimer ce fichier pour laisser place à de nouvelles choses, utilise la touche supprime de l'ordinateur et supprime tous ces mauvais moments " etc etc...

Je ne sais plus, si c'est avant ou après c'est là que je me rends compte que j'étais là sans être là car je n'arrive plus trop à tout relier), mais un moment donné elle me dit, " maintenant je vais faire les réglages pour savoir si tu es vraiment en transe hypnotique, tes doigts vont me servir de guides, quels doigts bougera tu pour me dire oui / pour me dire non " et là, croyez le ou non, j'étais consciente je me disais euuuuh bah j'sais pas moi, mes doigts ne bougeaient pas, il a suffit que je me concentre sur autre chose que mes doigts (la musique en l’occurrence) et j'ai senti mes doigts bougés. Alors c'est comme de petits sursauts, très très légers, je les sentais mais je savais que ce n'était pas "moi" qui les faisais bouger... Dis comme ça c'est assez fou, mais moi qui étais septique ça m'a bluffée ! Je lui avait demandé de me poser des questions bien particulières, afin de voir ce que mon inconscient répondait, et j'ai eu mes réponses. Vraiment je me disais, mais c'est toi qui bouges les doigts là ou quoi, et non je voyais bien que ses petits sursauts de toi n'étaient pas contrôlés par moi directement (mais par mon inconscient en l’occurrence).
Ensuite, elle me fait sortir de la grotte, me fait me balader sur la plage, j'y trouve un livre, elle me dit que c'est le livre de me vie, me demande de l'ouvrir, d'aller à la fin, et d'écrire un nouveau chapitre. Donc là en gros elle dit " tout ce que tu as vécu est désormais passé, toutes tes douleurs sont partis, tu vas à nouveau pouvoir faire ci, ça, (elle se base sur les choses que j'aime faire vu à la 1ere séance) et donc visualement, je remplis ces pages de toutes ces choses...

Après, elle me demande de revenir en arrière dans le livre, et elle me dit, maintenant tu peux voir les causes de tes problèmes...alors moi en l’occurrence je voyais des pages "causes" mais elles étaient blanches. Là elle demande " vois tu les causes ", les doigts répondent non, donc hop elle recommence, aussi longtemps qu'il faut jusqu’à ce que mes doigts disent oui c'est bon. Pour le coup je n'ai pas " vu " grand chose (enfin selon moi car pour elle c'est déjà très bien), mais des images de mon enfance me sont revenues, d'autres images plus récentes aussi. Donc là clairement c'est assez surprenant parce que, autant pour certaines choses je m'y attendais, autant pour d'autres pas du tout. Un peu comme des flashs, j'ai revu des moments de ma vie. Donc une fois que mes doigts ont répondu oui à la question " as tu trouvé les causes du problème " elle me demande de déchirer ces pages en mille morceaux. Elle me dit " maintenant ces pages sont détruites, tu te souviendras toujours de tout ça, mais ça ne t'attendra plus, maintenant que tu les as déchirées tu vas pouvoir guérir, etc..." Puis, elle me demande de sortir de la plage, de remonter tranquillement l'escalier. Elle recompte jusqu’à 10 et tout doucement me fait reprendre conscience de mon corps et ouvrir les yeux. Ça a duré 45 min, j'ai eu l'impression de beaucoup moins (genre 15min).

Physiquement parlant, durant tout ce temps j'ai ressenti toujours de la chaleur côté droit, fraicheur côté gauche, mon corps très lourd, comme si j'étais incapable de bouger quoi que ce soit. Des larmes me sont venues, mais je n'ai pas pleuré à proprement parlé. C'est compliqué à expliquer, mais c'est un peu comme quand vous avez envie de pouffer de rire ou d'éclater en sanglots et que vous devez vous retenir, votre corps fait un petit sursaut. Et bien là ça m'a fait ça, au moment où je déchirais les pages. Sinon, j'ai toujours été consciente, je savais où j'étais, qui me parlais, mais j'ai réussi à vivre l'histoire qu'elle me racontait. Je sais que si j'avais voulu à tout moment j'aurais pu ouvrir les yeux et stoppez la séance. Quand la séance a été finie, et que j'ai ouvert les yeux je me suis sentie comme quand on se réveille d'une sieste. J'étais détendue.

Pour ce qui est des effets, là ça fait 2 jours, je ne vois aucun changement ni en positif ni en négatif.
Elle m'a expliqué que parfois c'était immédiat, parfois ça prenait plus de temps, parfois ça ne marchait pas... Donc à voir, d'ici un mois, si changements il doit avoir je l'aurais vu. Parfois il n'y a besoin que d'une séance, parfois plus.
Si ça vous intéresse bien sûr je vous tiendrais au courant. Voilà mon expérience, je précise bien mon expérience car bien sûr, on ne sait jamais à l'avance, chaque personne est différente et réagit différemment dans toutes situations..

Tout ce que je peux dire, c'est que si moi j'ai vaincu ma peur de l'hypnose, vous pouvez tous le faire. Ce n'est pas comme ce qu'on voit à la télé, on est conscient de tout, on peut tout stopper quand on veut. Mais on est tellement curieux de connaître la suite de l'histoire, de notre histoire, qu'on ne stoppe pas.

Pour ce qui est du tarif, j'ai payé 140euros pour les 2 séances, ce n'est pas donné, mais bon c'est à domicile, et puis si ça peut aider à guérir de choses que l'on traîne depuis longtemps ça vaut le coup.





.



.

jeudi 19 septembre 2013

J'ai testé: l'hypnose ericksonienne #Acte1

Après vous avoir bassiné sur les réseaux sociaux (ici, ici, ou là) avec mon angoisse face à ma séance d'hypnose je reviens vous en parler !!

Pour recadrer les choses, comme vous le savez je suis en arrêt depuis 9 mois, et les médecins n'ont aucun médicament ou traitements pour m'aider. Mise à part laisser le temps au temps. (ce qui est une bonne chose soit dit en passant, même si c'est usant, je préfère prendre mon mal en patience que me bourrer de médocs...). Bref, du coup, comme je ne suis pas non plus du genre à rester les bas croisés à attendre, j'ai testé tout un tas de choses: kiné, ostéo, magnétiseurs, kinésio, micro-kiné, méditation, cure d'aloé véra, naturopathie... Je pense que certaines méthodes ont plus d'impact que d'autres (sur moi en tout cas) notamment la micro kiné et l'aloé véra.
Très axée médecines douces comme vous pouvez le constater je suis ouverte à toutes propositions à beaucoup de choses, mais j'ai toujours dis " l'hypnose JAMAIS ". Moi, qui veut tout contrôler, tout le temps, me laisser aller et "laisser mon inconscient" à quelqu'un d'autre très peu pour moi. Et bien comme on dit, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. GO HYPNOSE.
Je vais tenter de vous raconter au mieux tout ça. J'ai constaté qu'il y avait peu de témoignages concrets et explicites là dessus sur le net, et c'est bien dommage. Ça aiderait les f lippées de la vie comme moi, à moins appréhender tout ça.

BREF. Pour moi part, j'ai choisi une hypnothérapeute-psychologue qui se déplace au domicile des patients. Pour des raisons pratiques et aussi car je pense qu'être dans son environnement (si l'on s'y sent bien) est une bonne chose pour ce genre de méthode.
Je l'ai rencontrée à deux reprises. Une première fois, pendant 2 heures, je lui ai raconté ma vie expliqué mes soucis de santé, tout ce qui m'arrivait depuis 9 mois, dans les moindres détails (j'avais au préalable tout noté sur un carnet pour ne rien oublier). Puis elle m'a posée des questions sur moi, mes qualités, mes défauts, mes passes temps, les personnes les plus importantes dans ma vie, etc. Sachez le, après cette entrevue vous serez vidée, se raconter n'est pas forcément chose facile et ça remue aussi pas mal de mauvais souvenirs. Donc pour cette première séance, pas d'hypnose, juste du dialogue pour que l'hypnothérapeute puisse bien vous connaître (et inversement). De plus, elle m'a expliqué comment se passait l'hypnose, et j'ai pu la bombarder de questions à ce sujet pour (essayer) d'être sereine le jour J.

Quelques jours plus tard, le jour J arrive enfin, la séance d'hypnose. (je sais que certains thérapeutes font tout d'un seul coup: apprendre à vous connaître et enchaine avec la séance d'hypnose pour ma part je préfère ce fonctionnement en 2 temps. ça laisse le temps de digérer et d'annuler si jamais le courant n'est pas passé).
La séance s'est passée dans ma chambre, allongée sur mon lit, les mains bien à plat sur les cuisses. Une petite musique douce et c'est parti mon kiki.
Les yeux fermés, elle commence à parler (à ce moment j'ai eu envie d'exploser de rire car sa voix est un peu modifiée, plus douce, etc, bref ça fait bizarre). Tout comme pour de la méditation elle a commencé par me faire prendre conscience de certaines parties de mon corps, les bras notamment: " une puissante lumière blanche émane de ton bras droit, il est lourd, une chaleur l'envahit, cette chaleur et cette lumière remonte le long de ton bras, pour aller dans ton cou, et redescendre dans ton épaule gauche " etc etc... Pour ma part, j'ai facilement réussi à me laisser aller car j'ai pris ça comme une séance de relaxation, me disant " oui bon c'est comme la méditation guidée que tu fais sur youtube rien de nouveau ".
Ensuite, elle me dit " maintenant que tu es relaxée, tu te trouves face à un escalier, en haut de cet escalier se trouve une place, tu vas monter les escaliers, je vais compter jusqu'à 10, à 10 tu seras en haut et tu seras très détendue " etc.... Donc là clairement, je me détendais vraiment bien, je me laissais guider par sa voix et la musique.
Toujours grâce à la " visualisation " j'arrive sur cette plage, elle me décrit les sensations, le sable chaud, le vent, le bruit des vagues, etc... Normalement si on est bien détendue on les ressent plus ou moins, perso je les ressentais, j’esquissais même de petits sourires... (bah oui j'adore le sable chaud et le bruit des vagues). Elle m’emmène dans une grotte et.... dans cette grotte se trouve un ordinateur, elle me dit de l'allumer et d'ouvrir un fichier où se trouve mes 9 derniers mois de galère...

Je vous laisse sur ce tout début de séance et revient demain pour vous raconter la suite ... :) 

lundi 16 septembre 2013

Moi vu par Lui

Lui? Je vous vois déjà " quuuuoiiiiii elle a un mec ??? " Non non non, ne vous enflammez pas, je suis toujours célibataire  à mon grand désespoir.
Non lui c'est un ami, .le genre de mec qui va te prendre dans ses bras toute la soirée parce que ça va pas, qui va te caresser les cheveux et te dire que tout va aller. Un ami qui me fait mourir de rire dans toutes situations. Lui et moi en soirée ? Cherchez pas, souvent un peu isolés du groupe on peut passer des heures à se raconter nos vies et mes PÉRIPÉTIES AMOUREUSES. Faut avouer qu'autant parfois, genre ces derniers mois, y'a rien à raconter, autant d'autres fois on pourrait y passer des heures. Pas facile la vie de célibataire endurcie avec son lot d'amourettes foireuses (ou pas d'ailleurs). Et donc, comme je lui raconte beaucoup de choses, il ne se gène jamais pour me qualifier de loveuse, de filles à mecs ce qui est totalement faux, et j'en passe.

Bon, tout ça pour dire, que ce weekend, je l'ai mandaté pour aller acheter un cadeau pour une amie, une jupe si vous voulez tout savoir. Il revient tout content avec le cadeau et là, gros hic: " l'antivol là c'est pour le style ou quuuuoooooiiiiii bordeeeeeeeeel !!! " Vous l'aurez compris il fallait trouver une solution. Nous voilà partis dans les magasins proches de chez moi pour que quelqu'un nous enlève ce foutu antivol.

Après plusieurs magasins, en vain, nous ne trouvons personne qui arrive à enlever cet antivol. Allez, go to un magasin de sport, on a l'air fin avec notre jupe en soie, qu'importe. A la caisse on rencontre Guillaume, Guigui pour les intimes (big up), on lui explique notre affaire, on parle un peu avec lui, on s'fends la poire, mais non rien y fait l'antivol ne pars pas. On rentre bredouille. Et puis j'ai le malheur de dire " pas maaaaal hein ce Guillaume " , mon pote me regarde genre désespéré: " pas mal ??? non mais t'as vu sa gueule, toi il est grand temps que tu recommence à sortir parce là c'est pas possible de dire pas mal à un mec comme ça, en plus il avait un piercing sur la langue " et moi  " et alooooors ??? Tu te souviens de mon ex là, le beau goss avec qui t'avais bien ris, bah il avait un piercing sur la langue et crois moi ...." (hum hum hummmm)

Quelques heures plus tard, en soirée, l'histoire du piercing ressort. Bien entendu.
Et là tout le monde me regarde genre " choquéééééééé " . Ouai les mecs, la brunette sous ses airs prude, n'est pas QUE ça.

S'en suit tout un débat pour arriver à plusieurs conclusion:
1- Les filles, un mec avec un piercing sur la langue c'est terrible et ça peut faire beaucoup de bonnes choses
2- Avec le recul en fait, il était pas top le Guigui
3- C'est pas ma faute, j'sors pas de chez moi depuis 9 mois alors je crois que je trouverais n'importe qui beau
4- J'suis désespérée non ?! Oui.
5- Cet article est vraiment nul à chier, mais bon, j'ai raconté ma vie. Encore une fois.
6- Ahhh, et à celles qui s'inquiètent de la jupe, aux grands maux les grands remèdes: une pince, une paire de muscles et baaam.

Bisouuuus.



vendredi 13 septembre 2013

Friends ?

" Je ne sais pas pour vous mais, au début de ma vie, il n'y avait que deux sortes de personnes dans mon univers : celles qui j'adorais et celles que je détestais. Mes meilleurs amis et mes pires ennemis. Ceux pour qui je suis prête à tout donner et ceux qui peuvent aller crever. Ensuite, on grandit. Entre le noir et le blanc, on découvre le gris. On rencontre ceux qui ne sont pas vraiment des amis mais que l'on aime quand même un peu et ceux que l'on prend pour des proches et qui n'arrêtent pas de vous planter des couteaux dans le dos. Je ne crois pas que la découverte de la nuance soit un renoncement ou un manque d'intégrité. C'est juste une autre façon de voir la vie. "

Comme je vous le disais dans mon dernier article, j'en ai gros sur la patate ces derniers jours, le stress de l'hypnose qui finalement a été reporté (encore 4 jours à stresser), et aujourd'hui, gros flippe, malaise en bonne et due forme, bref, c'est pas la joie. Mais demain est un autre jour, qui plus est l'anniversaire de ma meilleure amie alors on va essayer d'être au top

Et puis aujourd'hui, je me refais le film de ces derniers mois, les peurs, les angoisses, les médecins, les diagnostics, les rires, les petits bonheurs, les grandes tristesses, bref la vie, la vraie. Celle qui te fait comprendre que demain tout peut s'arrêter. Et je repense à mes amis, à ceux qui auraient du être là mais qui manquent à l'appel. Ceux pour qui j'aurait tout donné, parce que moi, je suis comme au début de ma vie, soit je donne tout soit je ne donne rien. Il n'y a pas de demi mesure je suis trop entière pour ça. Le gris n'existe pas. Mes amis, savent que, dans la mesure du possible, je serais toujours là et je ferais tout pour eux.

J'aime mes amis, jusqu'au étoiles comme j'aime leur dire. J'ai besoin de les savoir près de moi, j'ai besoin d'être près d'eux. Pas forcément physiquement, mais un sms, un mail, un appel ça ne mange pas de pain comme on dit, et pourtant ça réchauffe bien souvent des cœurs. Pensez y. N'oubliez jamais de leur dire à quel point vous les aimez. Et surtout, ouvrez les yeux, demandez vous si d'un jour à l'autre vous vous retrouvez cloîtré chez vous qui sera là, qui viendra vous voir quand vous serez dans votre lit, les cheveux gras, les dents pas brossés, le sourire pas toujours présent. QUI ?


« Dans la vie, fais confiance à ceux qui peuvent voir trois choses :
ta peine derrière ton sourire, ton amour malgré ta colère et la raison de ton silence »


mercredi 11 septembre 2013

Gros sur la patate

Il y a des journées de merde. Rester au lit jusqu'à midi. Se lever, manger. Se recoucher. Bloguer. Se reposer. Regarder une série, un film. Se laver à 17h00. Sortir prendre l'air. Se remettre en pyjama à 19h00. Manger. Bloguer. Textoter. 00h00: penser à dormir. Se poser des questions, se faire des noeuds à la tête.

Parce que rien n'est plus important dans la vie que la santé. Sans ça on est foutus. Alors bah faut s'accrocher hein, t'as pas le droit de faiblir, tu dois être forte, pour toi, pour eux. Et puis, faut prendre les bonnes décisions aussi, surtout. Mais aujourd'hui plus que jamais bah tu sais pas. Tu vas mieux, alors non tu vas pas courir un marathon demain, mais tu vas mieux c'est clair.
Et puis t'as un rendez-vous, tu rencontres une hypnothérapeute, qui t'explique que l'hypnose ça fait des miracles parfois. Que ton inconscient est encore plus fort que ce que tu ne crois. Mais attention, c'est tellement puissant, que ça peut augmenter tes symptômes (pour aller mieux ensuite hein).
Tu es susceptible après la séance de revivre le plus fort de ta maladie, refaire des malaises, de ne plus pouvoir te lever sans l'aide de quelqu'un, de ne plus supporter la lumière, d'avoir mal au ventre comme jamais, de vomir, d'avoir mal à la tête, mal au cou, bref d'être comme au début. Comme ce début 2013 qui te donne la gerbe et les larmes aux yeux rien que d'en parler. Parce que t'as été forte, parce que c'est la chose la plus difficile que tu ai vécu dans ta vie, physiquement, moralement parlant.
Mais le courage c'est comme tout ça s'épuise, ça s'estompe. Les épaules c'est pareil. C'est solide, mais au bout d'un moment bah ça s'affaiblit. Tu tiens le coup parce que ça va mieux. Mais si après la séance t'étais encore plus mal ? 30% de chances qu'elle dit. 30% de chances de retomber plus bas que terre, c'est aussi 70% de chances d'être MIEUX.

Un exemple: une femme dépressive, fait une séance, après la séance elle est encore plus mal qu'avant, pleurs toute la journée, envie suicidaire, douleurs physiques qui se réveillent (elles les avaient eu toutes pendant 15ans, mais jamais en même temps et là bam tout est revenu d'un coup) et ce pendant... 2 MOIS.

Chaque personne est différente me direz-vous, peut être que c'est LA solution pour retrouver une vie normale....
Mais le jeu en vaut il la chandelle ?! 

Si vous me suivez sur Twitter, Facebook, ou Hellocoton, désolé pour le rabâchage, vous allez me prendre pour une folle.
J'ai besoin d'extérioriser ma peur ^^ ! 
Bisous de moi, et merci à toutes d'être là ♥ ♥ 


lundi 9 septembre 2013

L'amour : bouh c'est nul ! (non, j'rigole ♥ )

Je vous disais l'autre jour, ici, que j'étais une loveuse, amoureuse des mots.
Et quand j'ai lu ça, source inconnue au bataillon, je ne pouvais m'empêcher de vous faire partager. Je pense que, tout comme moi, ça fera écho à plus d'une d'entre vous :

" Quand on commence à éprouver de l'amour pour quelqu'un, je crois qu'on est fichus. Il faudrait nous prévenir que ça va faire mal, qu'on va mettre des mois voire des années à s'en remettre, que ça va laisser des cicatrices à vie. Il faudrait nous lancer des signaux d'alertes, je sais pas moi, nous envoyer une décharge électrique, qu'une alarme se déclenche dans notre tête, que l'on soit condamnés à être reclus chez nous jusqu'à ce que tout ça disparaisse. Vraiment, l'amour est bel et bien une putain de maladie. Aimer rend con, aimer fait mal au bide, à la tête, au cœur, aimer fait trembler les jambes, aimer nous coupe l'appétit, aimer provoque des crises d'angoisse, de paranoïa, de jalousie, aimer rend aveugle, idiot, asservi, dépendant, égoïste, faible... Et c'est de ça dont tout le monde parle? Ce dont tout le monde rêve? Pitié. Laisses-moi te dire une bonne chose : si un jour ça t'arrive, cours. Barres-toi, n'importe où j'en sais rien, mais ne te laisses pas embarquer là-dedans. Ça s'attrape tellement vite cette connerie: deux regards qui se croisent, un sourire charmeur, quelques mots doux murmurés à l'oreille et bam, ça y est. Tu n'es plus qu'une idiote qui va se mettre à parler au pluriel et à pleurnicher pour tout et rien, surtout pour rien. C'est toujours le même refrain : la vie est merveilleuse, il est génial, tu nages dans le bonheur; il s'en va, quel enfoiré, tu veux mourir. Terminé, fin de l'histoire. Et plus tu as été heureuse, plus tu souffres après. Regarde-moi, j'ai pas l'air d'en avoir bavé? "

Vous me direz, " c'est pour les aigries ça, celles qui n'ont pas de mecs, et qui sont frustrées " oui sans doute. Mais aussi, et surtout, pour celles qui savent ce que souffrir par amour veut dire.

Personnellement, je suis, si l'on peut dire, "contente" d'avoir souffert en amour, d'avoir vu que rien n'était jamais acquis et que l'amour est une bataille de chaque instant.

Que oui l'homme que tu penses être l'homme de ta vie peut partir un matin en te disant je t'aime et te quitter le soir même. Que oui tu peux pleurer toutes les larmes de ton corps, passer des heures à répéter en boucle "comment je vais faire sans lui", avoir mal comme si on t'arrachait un bras et rester forte. Continuer à avancer avec cette souffrance, rester forte et digne quand tu n'as qu'une envie pleurer toutes les larmes de ton corps. Parce que oui, l'amour c'est beau, ça rend joyeuse, ça rend belle, ça te donne des cœurs dans les yeux, mais il ne faut jamais oublier que ça peut être éphémère. L'amour c'est une lutte de tous les jours, avec des hauts et aussi des bas, la vraie vie en somme

A toutes celles qui vivent une rupture, et qui se demandent comment elles vont faire sans lui: pleure le soir dans ton lit si tu veux, ça te fera du bien, mais la journée relève la tête, sois belle, forte, déterminée et met en pratique les conseils de Marie-May



Il y a celles qui connaissent une seule histoire dans leur vie, et il y a les autres.


J'oubliais, depuis hier, vous pouvez me retrouver sur facebook (et ouiiii),c'est ici que ça se passe - Love ♥

jeudi 5 septembre 2013

Tirer & s'tirer !

Hier je discutais avec une amie, de mecs pour changer, et nous sommes arrivées à quelques constats:

1) On est plutôt bonnasses, hautaines et prétentieuses pas trop moches, disons que notre physique est susceptible de plaire à quelques garçons quand même. Tous les goûts sont dans la nature non?
2) On entend souvent " t'es célibataire ?? mais c'est pas possible, tu dois être vraiment compliquée !!! " 
3) On est souvent blessée, touchée, par les garçons.

POURQUOI me direz-vous ? Parce que depuis quelques années nous sommes confrontées à un nouveau type de mâle, à une nouvelle approche que nous pouvons qualifier de " séduire et jeter " ou encore même de " tirer et se tirer " c'est LE nouveau credo de certains mecs (et de certaines filles hein, pas de sexisme ici!).

De belles paroles avant, des mots doux pendant, du silence après. (voir des insultes, de notre part).
Pourquoi? Telle est la question. Je vous vois venir avec vos grands mots " tu n'es attirée que par les connards aussi!! " , ah oui sûrement, mais c'est parce qu'il y en a beaucoup... Pas de généralités, encore une fois, je connais tout un tas de garçons très bien, malheureusement, ils sont au choix: pris, homo ou bien ce sont mes potes et je n'éprouverais jamais autre chose que de l'amitié pour eux.

Séduire, c'est bien, tout le monde aime séduire, moi la 1ère, mais il faut être clair dès le début, savoir dire que oui je te parle, oui je suis gentil, je suis comme ci, comme ça, mais non il n'y aura jamais rien entre nous. Parce que les mecs, soyons sincères, si vous nous répétez à longueur de temps qu'on est belles, top délire méga groove, rigolote, et tutti quanti, on va s’imaginer qu'on vous plait. Et déjà se faire le topo idéal: mariage, maison, bébé.

Mais, j'aimerais comprendre pourquoi certains mecs, certaines nanas, font ça ?! Pourquoi ne pas être clair dès le début         " jveux niquer et me barrer " au moins ça à le mérite d'être clair, net, précis. A nous de faire la part des choses derrière, mais au moins on ne pourra pas vous reprocher de ne pas avoir été franc. Mais, faut assumer après, niquer et se barrer c'est tout. Pas de mot doux, pas de belle parole, pas de promesse si derrière c'est le néant on est d'accord?!

C'est ça maintenant l'amour ?! Réveillez-vous chers compatriotes masculins on ne traite pas les femmes de cette façon voyons !