lundi 26 août 2013

Je suis une loveuse.

J'aime les films d'amour, ceux qui se finissent bien, ceux où le mec est beau-intelligent-gentil (plein aux as), celui qui t'amène le petit déjeuner au lit, qui te fait des jeux de pistes dans Paris pour le retrouver, un mec aux mains solides, aux épaules larges, aux mots doux, bref, vous voyez le topo. Le genre de films qui te donne le sourire aux lèvres mais dont tu ressors le cœur lourd et rêveur parce que t'es toute seule dans ton lit à bouffer des tagadas avec ton doudou et ton chat.

J'aime les livres qui parlent d'amour: "Se résoudre aux adieux" de Philippe Besson, "Un homme à distance" de Katherine Pancol, "Puisque rien ne dure" de Laurence Tardieu, pour ne citer que ceux là... Je suis de celle qui dévore ces livres un crayon à la main, pour souligner les plus beaux mots, les plus belles déclarations. Je suis amoureuse des mots. En grande nostalgique je peux lire, relire des tonnes de citations d'amour par jour, m'y retrouver ou non. (Citation inside, à la fin de l'article.)

J'aime les chansons qui parlent d'amour, celles que je peux chanter à tue tête dans ma voiture, celles que je connais pas cœur.

J'aime les mots d'amour. Plus que tout. Pourtant, on le sait, les mots c'est bien. Mais c'est les actes qui comptent. Alors autant j'aime lire des romans d'amour, regarder des films à l'eau de rose, autant dans la vraie vie tout est différent.

Bien sûr, j'aime que mon amoureux (quand j'en ai un, chose qui se fait rare ces dernières années ahah) me dise des mots doux etc, mais si derrière les actes ne suivent pas je ne suis pas de celles qui se raccrochent aux mots. Des ACTES.
Il me faut des actes. Tu m'aimes ? Où? Comment? Montre le moi.



Cette citation, de Marc Levy je crois, illustre bien ce propos:

"- Tu l'aimes ?
- Ben ouais , elle est belle.
- C'est tout ?
- Euh... quoi d'autre ?
- Comment ça quoi d'autre ? Je te demande si tu l'aimes, Je te parle d'amour. Et toi tu me dis qu'elle est belle. Belle ? Moi quand je te  parle de beauté je ne te parle pas de son joli petit cul moulé dans un  jean Levis, ni de ses lèvres pulpeuses, ni de ses grands yeux  pétillants. Putain, je parle pas de ça. Moi ce que je voulais que tu me  dises c'est que tu l'aimes, que tu aimes tout d'elle, ses défauts, les pires, le goût de ses larmes quand rien ne va plus, l'odeur de ses cheveux quand tu l'embrasses dans le cou, ses tâches de rousseurs quand  l'été pointe le bout de son nez. Et quand j'évoque le mot amour, s'il te  plait ne l'associe pas au sexe. Parce que tu vois, savoir combien de  fois tu te la tapes tous les jours, moi je m'en fou. Merde, il y a des  mots pour parler d'elle. Pas des mots en toc, pas des mots qui soient  faux, pas l'un de ses mots ringards que tu ais entendu dans un film. Pas  comme ça. Parfois il n' y a pas de mots, juste des regards, des  gestes, encore des regards, puis un sourire qui dure, qui dure, qui  dure parce que tu as ta main posée sur sa peau brûlante, parce que dans sa poche furtivement tu as caché un petit gribouillis avec  inscrit " Je t'aime " quand sa tête était tournée, parce que les jours passent trop vite quand elle est là et que tu ne veux plus la quitter. Que tu ne peux plus lâcher sa main. Et que tu lui dis que sans elle, chaque minute est inutile. Et en revanche, parce que tout ne va jamais bien, que ses yeux brillent, pleurent lors d'une dispute, qu'elle te  lance au visage des mots affreux, des cris de haine. Alors pardonne la, recommence à zéro. Et dis lui, cris le. Je t'aime. L'amour c'est ça, ce  n'est pas un jeu, pas de la merde.C'est dangereux. Tu vois, moi, C'est  de ça dont je te parle..."



3 commentaires:

Je me ferais un plaisir de vous lire les filles