lundi 4 février 2013

J'aime pas les gros ventres !



Aujourd’hui, ma copine Camille a publié un article (Mummy,me ?) qui m’a donné envie de vous parler d’un sujet assez sensible, peu souvent abordé et pourtant bien présent.

Le non désir de maternité.

Quand beaucoup s’extasie devant les « joies » de la maternité, moi je reste complètement indifférente, pire, j’aurais presque du dégout… Ne me blâmer pas, ceci n’est en aucun cas un article méchant, odieux ou autre, je n’écris pas ça dans le but de blesser ces femmes, bien au contraire, je veux juste montrer que toutes les femmes ne sont pas faites pour vivre cette expérience…

Qui n’a jamais entendu «  oh la lala ce gros ventre, c’est quand même magnifique une femme enceinte… » quand avant je ne répondais pas à ce genre de remarque maintenant j’ose le dire : moi je ne trouve pas ça beau….

Pour moi, être enceinte c’est :

-         un ventre gros comme un ballon de gym qu’on doit se traîner pendant neufs mois
-         des boutons pleins la tronche
-         une non maîtrise complète de son corps (bonjour les coups de pieds qui te réveillent à 4h du mat’ parce que bébé à décidé de s’amuser, coucou l’assistance H24 "chéri je ne peux plus faire mes lacets", hello les hormones – les pleurs – les colères – les dépressions, j’en passe et des meilleurs)
-         des conseils de tout le monde alors que franchement les gens feraient mieux de la fermer « quuuuuooooi tu ne vas pas l’allaiter ??? », « ah bon tu va le mettre en nourrice et pas en crèche ??? », « non mais c’est très mauvais de le faire dormir avec vous »…. ALLOOOOOOO chacun vis sa vie comme il l’entend, alors je vous en supplie je ne supporte plus tout ces conseils que toutes les mamans donnent aux femmes enceintes, laissez les vivre bordel !

Bref, une vraie dépersonnalisation. Une non maîtrise évidente de son corps, renforcée par tous ces gens jugeant bon de donner des « conseils ».



Et puis, sincèrement, c’est quoi tous ces reportages style « baby boom » et j’en passe.
Bientôt la caméra sera carrément entre les jambes des femmes, comme ça au moins on verra clair…
Dans quel but se faire filmer dans ces moments les plus intimes ?! Parce que des hurlements à tout va y’a mieux pour donner envie d’avoir des enfants…

On en fait des tonnes, la maternité devient carrément un business, on veut par tous les moyens nous montrer oh combien il est beau et gratifiant d’avoir des enfants.
Bah, j’suis désolé, moi ça ne me donne pas envie… 

Vous allez vous dire, « mais elle n’a pas de cœur celle là », pourtant, croyez le ou non, être maman, élever des enfants, bien sûr que ça me fait envie…. En serais-je seulement capable un jour ?! En aurais-je le courage ?

Tous les désagréments cités plus haut font peser la balance dans le mauvais sens… Relativisons, je n’ai que 23 ans...

Et puis des enfants sans parents, il y en a des tonnes non ? Aidons-les !


3 commentaires:

  1. À 23 ans on peut difficilement être sûre de ce qu'on avance, mais moi qui en ai 25, je pense à peu près la même chose que toi. Quand j'en ai parlé à un ami, il m'a tout de même fait remarquer que, si je ne désirais pas d'enfant, c'était sans doute parce que je n'étais pas amoureuse.
    Et, c'est bien vrai, je ne le suis pas, je suis toute seule, donc il est évident que ça me rebute.
    Mais, à bien y réfléchir, plus tard si je trouve l'homme de ma vie, je voudrais évidemment concrétiser notre amour par un bébé : pour avoir un mix des deux, sûrement.
    Mais il faut bien admettre qu'il y a des personnes qui sont plus femmes que mères...

    RépondreSupprimer
  2. Oui je suis effectivement d'accord avec toi, une fois que l'on sera amoureuse nous changerons peut être d'avis.
    je l'espère même :)

    RépondreSupprimer
  3. J'étais exactement comme moi il y a un an. Mais entre deux, une bonne amie est tombé enceinte et j'ai suivi sa grossesse du début à la fin. Alors que pour moi avant, les femmes enceintes, c'était de loin, et assez obscur. Et surtout, j'ai vécu une longue relation qui m'a donné envie de fonder une famille. Bon ça ne s'est pas fait, et ça ne se fera pas tout de suite, mais ça y est, le désir est là, avec néanmoins beaucoup de peur et de dégoût encore quand des femmes parlent de leur accouchement (aaaaah l'épisio)

    RépondreSupprimer

Je me ferais un plaisir de vous lire les filles